Le rôle capital de l’arbre dans les champs agricoles au Sahel (IFAD)

Lu au site :

http://ifad-un.blogspot.be/2013/07/la-multifonctionnalite-des-arbres-dans.html

La multifonctionnalité des arbres dans le Sahel ouest africain

par Ilaria Firmian

Ma mission de la semaine dernière dans le Sahel ouest africain pour la supervision d’un don FIDA a été l’occasion une nouvelle fois de mettre en évidence le rôle capital de l’arbre dans les champs agricoles. Le don objet de la supervision s’intitule «Les arbres des parcs agroforestiers et les moyens de subsistance: adaptation aux changements climatiques dans le Sahel ouest-africain».

Il est géré par l’ICRAF (World Agroforestry Center) et mis en œuvre au Burkina Faso, Mali et Niger par les instituts nationaux de recherches agricoles en collaboration avec les équipes de quatre projets d’investissement financés par le FIDA dans les trois pays.

Le but général du projet est d’améliorer les moyens de subsistance des communautés agricoles et pastorales pauvres vivant dans les zones d’intervention, grâce à la diversification et à la conservation des parcs agroforestiers, ainsi qu’à l’accroissement de la valeur des produits des arbres commercialisés dans le cadre d’entreprises communautaires.

Les parcs agroforestiers sont des mélanges d’arbres que les paysans choisissent pour certaines fonctions et cultivent en combinaison avec des cultures vivrières de base telles que le petit mil et le sorgho. Dans le Sahel ouest-africain, les communautés rurales utilisent plus de 115 espèces locales d’arbres à différentes fins : alimentation humaine, fourrage, médicaments, bois de feu, bois de construction, outillage agricole et ménager, sculptures, instruments musicaux, fibres, etc… ces arbres rendent également des services environnementaux essentiels comme l’amélioration de la fertilité du sol, la conservation des sols et de l’eau, la création d’un microclimat etc.). Beaucoup d’ espèces d’arbres contribuent ainsi au revenu familial. Cependant, plusieurs d’entre elles sont en voie de disparition au niveau local faute de gestion appropriée et en raison du climat de plus en plus chaud et sec.

Les visites de terrain confirment magnifiquement ce  qu’indiquent les rapports à savoir  le rôle crucial que jouent les arbres dans la réduction de la vulnérabilité, le renforcement de la résistance des systèmes agricoles et la protection des ménages pauvres contre les risques liés aux changements climatiques. Les arbres grâce à leur système racinaire parfois très profond, mobilisent d’importantes réserves d’hydrate de carbone, et sont, par conséquent, moins vulnérables que les cultures annuelles à la sécheresse et aux fluctuations des niveaux de pluie d’une année à une autre.

(continue)

About these ads

About Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.
This entry was posted in Agriculture, agroforestry, Desertification, drought, Forestry, IFAD. Bookmark the permalink.