Le TerraCottem et la faim

Voici le commentaire que je viens d’écrire concernant le message “25.000 meurent chaque jour”, publié à mon blog aujourd’hui.

“La faim et la famine appartiennent aux phénomènes les plus choquants et les plus désastreux de ce monde. Nous sommes tous touchés par la vue d’enfants qui ont faim, la plupart d’entre eux dans les zones sèches, où la pauvreté de la population rurale forme une raison de base de cette plaie mondiale.

Il est donc très frappant que des résultats très positifs, obtenus à partir des années quatre-vingt-dix avec la création de jardins communautaires pour des femmes (Burkina Faso, Sénégal), des jardins scolaires (Cap-Vert, Burkina Faso) ou des petits jardins familiaux (Algérie), ne semblent pas convaincre les autorités internationales et nationales à investir sérieusement dans ces “bonnes pratiques”, qui sont tellement faciles à dupliquer pour atténuer la faim et la pauvreté.

Si les agriculteurs locaux, dont la majorité sont des femmes, savent produire plus de nourriture avec la moitié du volume normal de l’eau d’arrosage, simplement en appliquant une seule fois un conditionneur de sol comme le TerraCottem (voir http://www.terracottem.com), pourquoi nous n’investissons pas plus dans la multiplication des jardins potagers pour les villageois et les écoliers ?

Jetez un coup d’oeil à mon blog <www.desertification.wordpress.com>, voyez ce que nous faisons avec UNICEF ALGERIE pour la création de jardins de famille dans les camps des réfugiés Sahraouis dans le désert du Sahara et vous serez convaincus qu’il existe une belle solution pour le problème de la faim.

Il suffit de l’appliquer pour casser la spirale négative. Je sais que la population rurale n’a pas l’argent pour se procurer suffisamment de nourriture et qu’elle est constamment mal nourrie. Ainsi elle devient plus faible et plus souvent malade.

Des sommes fabuleuses ont été et sont toujours dépensées pour des programmes et projets très diversifiés et ambitieux. Mais quoi, si nous investissons dans la création de jardins avec le TerraCottem, offrant à la population rurale une bonne opportunité pour produire sa propre nourriture, même dans une période de seulement 2-3 mois ?

La production de nourriture fraîche, plaine de vitamines et d’éléments minéraux, la rend continuellement plus apte à travailler, ce qui les rend même moins affamés et un peu plus riche (possibilité d’apporter des légumes au marché local).

Je ne vois pas de voie plus facile et meilleure pour créer une spirale positive. Et souvenez-vous, voire c’est croire !C’est ce que nos amis, les Sahraouis nous ont dit après avoir vu les premiers succès avec leurs jardins de familles et leurs arbres traités au TerraCottem.

Le jour viendra …

Author: Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: