http://www.reporterre.net/local/cache-vignettes/L720xH481/arton8725-c1cf9.jpg

La ferme expérimentale de Guié au Burkina Faso (Experimental farm in Burkina Faso)

Photo crédit: Reporterre

Le 29 novembre, le Burkina Faso a élu un nouveau président, marquant l’espoir après vingt-sept ans de dictature. À 60 km de Ouagadougou, la capitale de ce petit pays d’Afrique de l’Ouest, la ferme expérimentale de Guiè développe des techniques innovantes pour stopper l’avancée du sable.

Au Burkina Faso, un laboratoire en plein air contre la désertification

par Léonor Lumineau (Reporterre)

- Guié (Burkina Faso), reportage

Henri Girard, président de Terre verte et directeur et cofondateur de la Ferme de Guiè. -  http://www.reporterre.net/local/cache-vignettes/L700xH467/img_3652_-_v1-bdf07.jpg
Henri Girard, président de Terre verte et directeur et cofondateur de la Ferme de Guiè. – http://www.reporterre.net/local/cache-vignettes/L700xH467/img_3652_-_v1-bdf07.jpg

Il faut d’abord quitter Ouagadougou la poussiéreuse par la route de Kongoussi. Traverser le ballet agité des motocyclettes, le marché des portes de la capitale burkinabé, là où les dinas surchargés récupèrent le voyageur au milieu des étals pour l’emmener vers la province. Puis la route bitumée file droit vers le Nord, balayée par le souffle de l’harmattan, ce vent chaud et sec venu du Sahel. Le paysage est encore relativement vert en ce mois de novembre, début de la saison sèche. Mais au fur et à mesure du trajet, les touffes végétales s’espacent, jaunissent, laissant apparaitre à certains endroits des étendues de terre zébrées de couleurs allant de l’ocre vif au gris foncé. Puis il faut emprunter une piste. Au dernier carrefour, les arbres se multiplient. La route est encadrée d’eucalyptus et d’autres essences. Ils indiquent le chemin jusqu’à la Ferme de Guiè.

Crée dans le village du même nom, l’endroit est un lieu d’expérimentation de techniques agricoles depuis 26 ans. Son but : restaurer et refertiliser les terres désertifiées des régions sahéliennes. Changement climatique, hausse de la démographie, surpâturage, agriculture extensive, le phénomène s’est aggravé durant les dernières décennies. Pour l’endiguer, la Ferme de Guiè a mis au point un concept agricole : le bocage sahélien, wégoubri, en langue mooré. Bien connu en France, le bocage est un paysage de champs et de prés enclos par des haies. Il permet de retenir l’eau et de limiter l’érosion des terres, tout en créant des corridors biologiques et une source de bois.

Un « enfant du bocage »

« On construit des haies pour lutter contre la dégradation du sol et protéger les cultures du vent. Quand il pleut, ça permet d’empêcher l’eau de la mousson d’emporter tout, de garder la bonne terre. En plus les feuilles mortes fertilisent le sol, font de l’humus », explique Mariam Sampebgo, responsable de la pépinière, devant un parterre de petites pousses plantées dans des sachets plastique d’eau réutilisés. « Nous utilisons principalement deux arbustes : le Combretum micranthum et le Cassia sieberiana. Mais pour cela, il a fallu tester plusieurs essences. Car toutes ne sont pas adaptées. Au début par exemple, nous utilisions du Jatropha curcas. Jusqu’à ce que nous constations qu’il était décimé par les termites dans les sols appauvris », explique la femme à la chevelure finement tressée.

JPEG - 171.1 ko
Les bâtiments administratifs de la Ferme de Guiè. Les six périmètres bocagers entourent la ferme.

L’histoire commence en 1989 lorsque Henri Girard, technicien agricole, et les paysans du village de Guiè posent la première pierre de cette ferme pilote. Ce Français alors âgé de 28 ans, originaire de la région bocagère de l’Avesnois, dans le Nord-Pas-de-Calais, et qui se définit lui-même comme un « enfant du bocage », a passé l’année 1987 au Burkina Faso – sac à dos sur les épaules et maigres économies en poche – à rencontrer des paysans.

Continuez à lire cet article: Reporterre

===========

Read the full text in French: Reporterre

Published by

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.