La réhabilitation du Barrage vert

 

 

Relance du projet de Barrage vert : Les critères du développement durable

Le secteur de l’agriculture va relancer le projet de réhabilitation du Barrage vert en intégrant les nouveaux préceptes liés au développement durable, à la lutte contre la désertification et l’adaptation  aux changements climatiques. “La désertification est un problème des plus préoccupants, aggravée par les changements climatiques. Elle menace la totalité des écosystèmes naturels par la réduction du potentiel biologique et la rupture des équilibres écologiques et socioéconomiques”, relèvent les spécialistes.

“C’est dans cette perspective que le ministère a inscrit la relance du projet de grande envergure qu’est le Barrage vert, selon les nouveaux préceptes liant le développement durable, la lutte contre la désertification et l’adaptation aux changements climatiques”, indique le ministère dans une note d’information.  C’est dans ce sens qu’une journée d’étude sur le Barrage vert, se tiendra dimanche à Boussaâda (wilaya de M’Sila) à l’occasion du 45e anniversaire de son lancement, pour faire le bilan de ce rempart réalisé entre 1970 et 1980 afin de faire face à l’avancée du désert et de discuter des perspectives du  projet de sa réhabilitation.

En guise d’élaboration d’un plan d’action permettant la protection et la réhabilitation de cet ouvrage, le ministère a confié au Bureau national d’études du développement rural (Bneder) la réalisation d’une étude portant sur sa réhabilitation et son extension. L’étude vise à “appréhender les menaces qui pèsent sur le Barrage vert, à évaluer les impacts environnementaux et sociaux de cet investissement, analyser l’apport des différents programmes de lutte contre la désertification qui y ont été menés et proposer un plan d’action opérationnel permettant la reprise et l’extension de l’ouvrage moyennant une stratégie adaptée au contexte économique, social et écologique qu’impose la réalité d’aujourd’hui”, selon le ministère. Les principales actions visées par ce plan d’action sont l’extension de la zone du barrage vert sur plus de 1,7 millions hectares (ha) au niveau de 10 wilayas. Il s’agit aussi de la réhabilitation des plantations sur plus de 159.000 ha, de l’extension forestière et dunaire sur plus de 287.000 ha, de la réalisation de bandes vertes routières sur 26.000 ha, l’extension agropastorale sur plus de 1,8 millions ha, l’aménagement et développement forestier sur plus de 295.000 ha.

Voir l’article entier: El Moudjahid

Published by

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.