L’agriculture tunisienne et les acacias

 

Photo crédit: UP

Séance de plantation collective. Crédit : Acacias for all

DES ACACIAS POUR SAUVER LES AGRICULTEURS TUNISIENS

 

L’entrepreneuse sociale Sarah Toumi s’est donné pour objectif de mettre un terme à la désertification qui menace la Tunisie en plantant un million d’arbres d’ici 2018. Des acacias pour « recréer un écosystème équilibré ».

L’histoire débute en 2012 à la naissance du projet Acacias for all. Aux manettes, Sarah Toumi, une Franco-Tunisienne, qui voulait « répondre à une injustice que vivaient les membres de (sa) famille et de (sa) communauté », dit-elle à la radio Player FM lors de la COP 22, au Maroc. Les siens, poursuit-elle, n’ont pas « accès aux ressources nécessaires pour s’adapter aux changements climatiques ».

L’érosion des sols menace le pays de son père et, du coup, les agriculteurs comme l’était son grand-père, dans la région de Sfax, à l’Est du pays. La désertification est en marche en raison des pesticides et du surpâturage. Optimiste et déterminée, Sarah veut inverser le cours des choses. Avec Acacias for all, une entreprise sociale, intégrée à l’association Dream in Tunisia (qu’elle a fondée), elle incite les agriculteurs à se regrouper en coopératives et à privilégier les fertilisants naturels. En somme, le but est de leur transmettre des savoirs, scientifiques et techniques, afin qu’ils puissent « résoudre les problèmes de désertification » et, au final, augmenter leur revenu.

À lire aussi : Une reforestation responsable grâce au cacao

Un million de moringas à planter

À L’Économiste maghrébin, elle explique : « Les femmes de Bir Salah (la localité d’où est originaire sa famille paternelle, ndlr) cousaient 20 chaussures par jour pour 6 dinars pour des entreprises allemandes. C’était vraiment de l’exploitation. Quand je suis revenue m’installer définitivement sur place en 2012 , je me suis dit qu’il fallait les aider. Aujourd’hui on travaille avec plus  de 500 agriculteurs et agricultrices dans 13 régions de la Tunisie dont le Sud. À présent, elles ont des revenus et ne se laisseront plus exploitées… »

Lisez l’article entier: UP Le Mag

Advertisements

Published by

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.