Desertification in Tunisia (in French)

 

Photo credit: Geopolis

Quelque part dans le désert tunisien (12 octobre 2016)…© AFP – LEEMAGE – GODONG – JELLEL GASTELI

La Tunisie menacée par l’avancée du désert

Par Laurent Ribadeau Dumas

Tunis a annoncé le 27 mars 2017 un plan national pour lutter contre la raréfaction de ses ressources en eau, problème accentué par l’avancée du désert. Aux dires mêmes des autorités tunisiennes, 75% des terres cultivables du pays sont menacées par le processus de désertification. Un phénomène ancien lié notamment à la déforestation. Et à l’agriculture industrielle.

De manière chronique, la Tunisie est confrontée à la sécheresse. Malgré la hausse de la pluviométrie au cours de l’hiver. A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, les pouvoirs publics ont annoncé le 27 mars 2017 un plan national d’économie de cette ressource, qui s’étalera sur quatre ans.

Le problème est aggravé par le prcessus de désertification qui toucherait 75% des terres cultivables, aux dires mêmes des autorités tunisiennes.

S’il touche le centre et des régions situées au nord de la Tunisie, le phénomène est particulièrement préoccupant dans le sud. «Des villages disparaissent progressivement sous les dunes», constate ainsi un (excellent) article du site motherboard.vice.com. L’élévation progressive des dunes de sables étant «sans doute le signe le plus impressionnant de l’impact» de l’avancée du désert.

Pour autant, le phénomène n’est pas nouveau. A l’époque néolithique, le Sahara était un espace de vie où, avec l’homme, évoluaient éléphants, girafes, vaches et chevaux, comme le prouvent les peintures rupestres du Tassili en Algérie. Mais le désert a progressivement gagné sur cet espace, en Tunisie et ailleurs. Notamment aux époques phénicienne et romaine, en raison notamment de l’érosion, liée à la surexploitation du milieu.

La désertification s’est accélérée à l’époque moderne. Et aujourd’hui, selon les Nations Unies, «la perte des terres arables serait de 30 à 35 fois plus rapide que le rythme historique»! Dans ce contexte, «la Tunisie n’est plus la Tunisie verte, comme on l’appelait dans le passé», se lamente le site kapitalis.com.

Read the full article/Lisez l’article complet : Geopolis France Info

Advertisements

Published by

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.