https://mrmondialisation.org/wp-content/uploads/2015/06/fr_caroussels_image_592.jpg

10.000 arbres / 10.000 trees

Text in French

Crédit photo: Mr. Mondialisation

Un viticulteur bio français va planter 10.000 arbres au nom de la biodiversité

À n’en pas douter, l’union fait la force, et quand un viticulteur français engagé dans le développement durable s’allie à la Fondation GoodPlanet, c’est la biodiversité qui en bénéficie.

Gérard Bertrand est un fervent défenseur de la viticulture durable et de la biodiversité dans ses exploitations. Il est à la tête 11 vignobles, environs 600 hectares de vignes et près de 200 collaborateurs travaillent avec lui. Ses vins, dont certains sont conçus en biodynamie, sont exportés à l’international et reconnus mondialement. Le viticulteur s’est associé dernièrement à laFondation GoodPlanet pour soutenir un projet d’agriculture durable du programme Action Carbone Solidaire en Languedoc-Roussillon.

De cette alliance va naître le projet de planter 10 000 arbres sur ses parcelles agricoles et vignobles pour favoriser la biodiversité de ses terres et de sa région. Cet engagement se fait avec la participation de l’Association française d’Agroforesterie qui, depuis 2007, tente de travailler en collaboration avec les agriculteurs pour les inciter à planter des arbres. L’agroforesterie est un mode d’exploitation des terres agricoles qui associe la culture, les pâturages et la plantation d’arbres. Les arbres, en plus de favoriser la biodiversité, retiennent l’eau et luttent contre l’érosion, limitant ainsi les éventuelles catastrophes naturelles.

shéma avant après agroforesterie bio à la une

Crédit image : agroforesterie.fr

Malheureusement, la montée en puissance des logiques industrielles du siècle dernier a fait oublier que les arbres étaient des éléments essentiels à la culture. La plupart des agriculteurs ont oubliés la valeur agronomique de l’arbre au profit de larges monocultures où la biodiversité n’a pas sa place. Des études ont montré que le nombre d’arbre sur les parcelles cultivées avait été divisé par quatre sur un siècle. Les effets sur l’environnement se font toujours ressentir aujourd’hui avec une perte drastique de la biodiversité des campagnes avec, par exemple, la disparition de nombreuses espèces d’oiseaux. Mais aujourd’hui, avec les sensibilités écologiques, l’agroforesterie revient au gout du jour car ses avantages sont multiples dans une démarche collaborative. Le site de GoodPlanet nous en rappelle quelques-uns :

Pour lire l’article entier: Mr. Mondialisation

Published by

Willem Van Cotthem

Honorary Professor of Botany, University of Ghent (Belgium). Scientific Consultant for Desertification and Sustainable Development.